Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Andre
  • : Présenter l'activité des paroisses de Cadolive - Gréasque - St Savournin
  • Contact

Recherche

23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 10:50

Achille Victor Joseph MICHEL

Né le 01-02-1888 à une heure du matin à St Savournin

De : MICHEL Pierre Joseph, ouvrier mineur. Né à Allauch le 27 septembre 1862

MARIAND Victoire Marie sans profession, âgée de 22ans et demi.

Etat civil N° 17

Il est ordonné prêtre en 1913, il célébrera sa première messe le 30 juin 1913

Nommé vicaire à la Ciotat

Son calice fût légué à l’église de St Savournin par la famille, il est utilisé tous les dimanches pour l’Eucharistie.

 

Il est incorporé au 4e Régiment des Zouaves le 8 octobre 1909 il ira en Tunisie, jusqu’au 23 septembre 1911. Il obtiendra un certificat de bonne conduite.

Mobilisé contre l’Allemagne en août 1914 jusqu’au 18 septembre 1916 en France

Affecté à l’armée d’Orient du 18 décembre 1916 au 22 mars 1917.

Il est nommé caporal le 1er mars 1915, sergent le 11 novembre 1915 puis sergent fourrier.

Il part pour une mission périlleuse en remplacement d’un père de famille et meurt au combat le 22 mars 1917.

Il est cité à l’ordre du régiment N° 315 le 19 août 1916 « Aussi franc que modeste, s’est toujours bien conduit dans les différentes affaires auxquelles le régiment à pris part. Prêtre mobilisé, se fait remarqué par son zèle et son dévouement auprès des blessés. » On lui décernera la croix de guerre ;

Bataille de Monastir

Officiers 2 tués, 1 blessé.

Hommes de troupe 22 tués, 35 blessés.

Opérations de Monastir.

Le 20 mars, le Régiment étant à Necocani, se rapproche du front. Le 5e Bataillon bivouaque vers 17 h. sur les bords du Viro, quand, arrivent à tire d'ailes 13 avions ennemis qui bombardent le camp ; six hommes sont tués, deux officiers et vingt-neuf hommes blessés ; le capitaine SATGER mourra dans la nuit de ses blessures. Le 21 mars au soir, toute le Régiment est à Monastir. Le 22, les officiers partent en reconnaissance à 1248, le Régiment les suit le soir et occupe les premières lignes nouvellement conquises où il n'y a rien et où tout est à faire. En quelques jours, une tranchée est construite avec un solide réseau. Le 5 avril, le 38e s'en va après avoir perdu 2 officiers tués (capitaine SATGER, sous-lieutenant LAFFAY) et un blessé ; 22 hommes tués et 35 blessés. Le colonel RONDE prend le commandement de la 4e B. I. C. et est remplacé comme chef de corps, par le lieutenant-colonel CHEVALIER. Le chef de bataillon PAPONNET passe au 2e Indochinois.

Partager cet article
Repost0

commentaires